Format d'article

Une bouffée d’air pour l’Ile d’Yeu

ile-dyeu-025-320x200Une bouffée d’air pour l’Ile d’Yeu ! C’est ce que va permettre la signature des avenants au contrat de projet Etat-Région pour notre ile vendéenne. L’insularité, au-delà de ses charmes touristiques, est une caractéristique pas facile à vivre au quotidien. Tout ou presque y est importé du continent, provoquant un surcout non négligeable des matières premières notamment.

Mais ce territoire, comme tous les autres de la région Pays de la Loire a droit à son développement durable : développement économique, services de proximité, prise en compte de l’environnement.

C’est dans ce contexte que nous sommes retrouvés hier, aux côtés de Jacques Auxiette et de Bruno Noury, maire de l’Ile, afin de finaliser les prochains financements qui seront apportés par la Région, le Département et l’Etat. Grâce à ces aides l’Ile va pouvoir se doter d’un nouveau groupe scolaire public, d’un pôle santé, va réaliser des pistes cyclables ou encore mieux protéger ses espaces naturels et restaurer des abords du vieux château. Chaque partie apportera 1,2 millions d’euros.

ile-dyeu-1-640x480

Jacques Auxiette a rappelé que c’est à l’Ile d’Yeu que la région avait signé en 2005 son premier Contrat Territorial Unique. A ce moment là il s’agissait, par exemple, pour les Iliens de trouver un moyen de financer leur funérarium quand aucune ligne budgétaire n’était alors prévue (ni à l’Etat, ni à la région, ni au département) pour ce genre d’équipement.

ile-dyeu3-320x2001Le président a réitéré son souhait de développer une expertise « pêche » en accompagnant financièrement des études impartiales (ce qui n’est pas toujours le cas actuellement), alors que l’Etat français vient d’interdire la pêche au requin taupe (6 pêcheurs à l’Ile d’Yeu). Bruno Noury, maire de l’Ile ne décolère face à cette décision totalement injustifiée selon lui, qui prive ,encore un peu plus, quelques pêcheurs d’une ressource indispensable.

Cette journée d’hier était l’exemple vivant de l’impérieuse nécessité de conserver la fameuse clause générale de compétence (qui permet aux collectivités  d’intervenir financièrement dans tous les domaines de compétence) ; cette clause que Mr Balladur et Mr Sarkozy veulent supprimer afin de contrôler et de remettre la main sur les politiques des élus locaux. Une fin de la décentralisation qui ne dit pas son nom.

Auteur: Sylviane Bulteau

Députée Conseillère départementale de la Vendée

Laisser un commentaire