Format d'article

Réponse à « Corto »

Un certain « Corto » a laissé le message suivant sur mon blog « Aucun commentaire sur la rouste aux européennes… ? J’ai cru comprendre que vous étiez 1ère fédérale et vous ne vous exprimez pas sur ce tremblement de terre… ? C’est incompréhensible »…


En laissant un peu retomber la pression et l’affolement de l’analyse à chaud je peux dire aujourd’hui avoir pris toute la mesure de cette déroute électorale tout en ne sombrant pas, non plus, dans le désespoir. Les commentaires les plus sévères à notre endroit se sont exprimés et leurs auteurs ont certainement tous raison.
Divisions, renoncements, obsession de la présidentielle, ligne politique incompréhensible, etc… tout y est passé jusqu’à la remise en cause de la social-démocratie. Pourtant je ne peux m’empêcher de penser qu’entre le totalitarisme et la « dictature du prolétariat » et le libéralisme sauvage à l’américaine, c’est encore ce qu’on a trouvé de mieux pour apporter le progrès social à tout un continent (celui de l’Europe) et à tous ses citoyens.
Avant tout c’est la colère qui domine chez les militants du PS, donc chez moi aussi. Alors que faire maintenant ? Et bien dire aux français quelle est notre ligne politique. Cela aurait du être fait lors du congrès de Reims mais rien de bien clair n’est sorti de l’alliance des « anti » Royal qui dirigent le parti, à part un attelage bringuebalant de StraussKhanien, de Fabiusiens, de Hamoniste, de Hollandiste et d’Aubryiste ! Vous n’y comprenez rien ? Moi non plus !
Je crois qu’il faut  d’urgence que la direction se remette à l’écoute. D’abord de ses militants (qui sont aussi des français comme les autres) puis des français. Convoquons des Etats Généraux, une convention, appelons ça comme on veut, peu importe mais il nous faut vider notre sac et sortir de là avec une LIGNE POLITIQUE cohérente et majoritaire à laquelle chaque socialiste se pliera !
Travaillons aussi avec nos plus proches partenaires, reconstruisons le dialogue avec les Verts, le PC, le PG, le PRG, le MRC.. Tous les partis de la gauche de gouvernement avant que, là aussi, les haines et les rancœurs prennent le pas sur l’intérêt général.
Voilà Monsieur « Corto » ce que je peux vous dire sur le résultat de dimanche dernier

Auteur: Sylviane Bulteau

Députée Conseillère départementale de la Vendée

Laisser un commentaire