Format d'article

« Home Sweet Home »

Absente depuis 4 jours je retrouve avec bonheur ma famille, ma ville et ….mon blog !

Mercredi 3 décembre départ pour Paris où je siégeais comme administratrice à la Caisse de Retraite des Elus Locaux et à la Mutuelle des Elus Locaux  (CAREL/CAREL). Et oui les élus ont aussi leur caisse de retraite ainsi que leur mutuelle.

 L’année 2009 va être difficile compte tenu des augmentations que devront effectuer les mutuelles (toutes les mutuelles), suite à la loi de Madame Bachelot pour financer la CMU.
Une fois de plus ce ne sont pas les riches qui sont mis à contribution mais les autres, tous les autres. En demandant aux mutuelles de financer la CMU c’est aux adhérents qu’on adresse la facture, donc aux salariés.

Deuxième étape jeudi 4 et vendredi 5 :  Congrès de l’Association des Régions de France (ARF).

 arf.gif

Si le thème principal était la formation (grande compétence des régions), l’ordre du jour avait été légèrement bouleversé afin que nous débâtions  de la réforme en discussion au sein du comité Balladur.

Le but de ce comité est bien de mettre fin aux régions sous couvert d’un trop grand empilement de collectivités, de dépenses trop importantes de la part des élus locaux ou encore au prétexte que les tailles de nos régions seraient trop petites.

Mensonges en tous points :

Faux procès que celui du millefeuille
– tous les pays européens comparables à la France ont 3 échelons de collectivités locales
– le vrai millefeuille est provoqué par l’Etat qui reste présent sur les compétences transférées

Faux procès que celui de la taille des Régions
– Land de Hambourg 1,8M habitants, Province de Navarre 600 000 habitants, l’ Etat du Wisconsin a moins d’habitant que le Limousin

Faux débat que celui de la fusion-absorption Régions-Département
– couple Etat/ Région
– couple Départements /communes
– problème des intercommunalités
Faux procès que celui du coût / dépenses des collectivités
– l’Etat a augmenté ses effectifs déconcentrés de 250 000 agents entre 1985-2005 alors que nombre de ses compétences étaient transférées aux collectivités.
– L’Etat vient nous solliciter pour financer ses grands investissements au détriment de l’exécution de nos compétences légales : LGV, Opération Campus et maintenant plan de relance. Sur les 26 milliards d’Euros annoncés par le Président de la République hier, combien seront effectivement pris en charge par les collectivités locales ? Sans levier fiscal dynamique, comment répondre à la fois à nos compétences légales et au « racket » institutionnalisé par l’Etat ?

Faux débat enfin que celui de l’éloignement présumé des élus régionaux du citoyen
– c’est le manque de lisibilité de l’action publique locale qui est en cause pas le mode de scrutin

Voilà en résumé ce que nous avons défendu devant le secrétaire d’Etat Marleix (celui qui découpe les circonscriptions pour ses amis de l’UMP).

Si les régions disparaissent pour faire place à des espèces de territoires mixtes(Cantons/régions) c’est un véritable vol démocratique qui s’opérera vis-à-vis des lois de décentralisation.

Sans compter qu’avec le nouveau scrutin envisagé (scrutin uninominal d’arrondissement) nous assisterons à un grave recul de la parité (contrairement aux scrutins de listes) et du renouvellement du personnel politique ; je vous fais en effet le pari que ces « conseillers territoriaux » seront en majorité  mâles, blancs, la soixantaine.

Les présidents de région vont continuer à se battre contre cette réforme scélérate, sans courage qui doit permettre à la droite de récupérer des territoires. Cette droite est lâche car elle n’a même pas le courage d’affronter la gauche projet contre projet, campagne électorale contre campagne électorale.

Puis samedi 6 décembre retour sur Paris pour le Conseil national du Parti Socialiste.

logo_ps3.gif

Sincèrement je ne peux pas dire que j’ai été satisfaite de ce conseil dans la mesure où le texte présenté par Martine Aubry ne reprenait aucune proposition de Ségolène Royal. Pour le rassemblement c’est un peu court. Lorsqu’on fait de la politique il faut croire aux écrits mais ce texte, qui doit être la « feuille de route » des socialistes pour 3 ans,  a purement et simplement laissé de côté 50 % des militants.

En réalité les débats qui ont précédé à la rédaction de ce texte se sont tenus sans les amis de Ségolène Royal, ensuite il n’a été transmis à son équipe que la veille du conseil national.

Moi-même, ainsi que tous les autres membres du conseil, je l’ai découvert en entrant dans la salle, posé sur les chaises (texte de 12 pages quand même) ;  pour finir, les amendements proposés par notre équipe ont été rejetés par les amis de Martine Aubry.

Drôle d’unité et de rassemblement. Le coup de grâce est venu avec l’élection du président du Conseil National, Michel Destot : député/maire de Grenoble, président de l’association des Grandes Villes Française, Président du Conseil National du Parti Socialiste. Lors des dernières élections municipales, Michel Destot a refusé de faire le rassemblement avec les autres partis de gauche pour le premier tour, préférant le faire avec le … Modem !

Quand je pense à tout ce qu’on a entendu durant ce congrès sur Ségolène Royal et sur une prétendue alliance avec le Modem !! Quand je pense à ce que moi j’ai encaissé sur le « cumul des mandats » mais à côté de Michel Destot je suis une novice !!

Combien de temps le Parti Socialiste va continuer à faire semblant comme un vieux couple qui veut sauver les apparences ? Je n’ai pas la réponse.

Comment parler de rassemblement quand les 67349 militants électeurs de Ségolène Royal n’auront plus aucuns moyens de se faire entendre par  la nouvelle direction de la rue de Solférino ?

Malgré tout les « royalistes » ne veulent pas être une minorité qui se marginalise et pour l’instant il faut se recentrer sur le local. Beaucoup de travail attend les socialistes et notamment les élections européennes de 2009. Pour ma part, en tant que première secrétaire fédérale, mon rôle est d’animer et de diriger la fédération du PS vendéen. Les militants pourront compter sur moi, ainsi que tous les vendéens, pour faire avancer la gauche en Vendée.
 

Auteur: Sylviane Bulteau

Députée Conseillère départementale de la Vendée

Laisser un commentaire