Format d'article

Régulation(s)

Après une interruption de quelques jours pour des raisons « techniques », je reprends avec joie l’écriture de notes dans ce blog. Que s’est-il passé ces deux dernières semaines : évidemment la crise financière sur laquelle je ne reviendrais pas puisque tout a été dit ou presque.

Cette crise nous a montré que l’économie mondiale ne pouvait se passer de régulation et que l’intervention publique (prônée depuis toujours par la gauche) devenait aujourd’hui, aux yeux des plus libéraux, incontournable. Mais gauche et droite n’ont pas le même point de vue sur la régulation, un seul exemple la Politique Agricole Commune :

Les 8 et 9 octobre j’étais à Bruxelles où je participais à un séminaire sur la Politique Agricole Commune, ainsi qu’à un rendez-vous avec le directeur de cabinet de la commissaire européen à l’Agriculture.

pac3.jpg

pac1.jpg

Quatre régions françaises organisaient ce séminaire (Bretagne, Pays de La Loire, Poitou-Charentes et Basse-Normandie)  et lorsqu’on est élue de la 2ème région agricole de France, qui plus est élue du département de la Vendée qui compte dans le paysage agricole  en étant par exemple le premier département de producteur de viande bovine, on ne peut pas se désintéresser de ce secteur primordial pour notre économie et même pour l’aménagement de notre territoire.

L’agriculture nourrit le monde : 6 milliards d’habitants aujourd’hui, 9 milliards en 2050. 800 millions de personnes souffrent de la faim dans le monde et il faudrait regarder les responsables européens disserter sur l’avenir de la PAC sans broncher ?

On parle beaucoup de régulation en ce moment avec la crise financière. La PAC est déjà une forme de régulation (pas vraiment juste d’ailleurs puisqu’elle avantage les « gros » par rapport aux « petits »), mais nous voulons conserver cette régulation, et surtout l’améliorer quand d’autres européens voudraient l’abandonner et laisser à la « main invisible du marché » le soin de réguler l’économie agricole.

L’alimentation des hommes n’est pas un marché comme les autres.

Les marchés nécessitent l’intervention publique, la PAC doit donc rester communautaire avec l’objectif de l’indépendance alimentaire, de la sécurité alimentaire (l’exemple récent du scandale du lait Chinois ne peut que nous donner raison), de la qualité et du développement durable donc de l’agriculture durable.

J’ai malheureusement constaté lors de ce séjour à Bruxelles combien les régions françaises pesaient peu dans le lobbying européen ; en effet nos régions, comparées aux gros länder allemands par exemple,  n’ont que très peu de pouvoirs et de compétences. Pour remédier à cela il faut une décentralisation forte en direction des régions…ce qui ne semble pas être à l’ordre du jour si on en croit les « magouillages » sarkozyste en cours pour faire disparaitre purement et simplement ces collectivités.

Loin de me résigner, je compte me battre avec les élus, les militants et tous les citoyens qui nous font confiance contre ce vol organisé de démocratie.

Auteur: Sylviane Bulteau

Députée Conseillère départementale de la Vendée

Laisser un commentaire