Format d'article

La santé : une priorité pour le conseil régional des Pays De La Loire

Les partenaires du Schéma Régional Formations, Santé, Social et Territoire étaient réunis à l’hôtel de région pour la Conférence annuelle, une instance qui a vocation à suivre la mise en œuvre du schéma, en apprécier la portée et proposer des ajustements à l’Assemblée Régionale.

Adopté par la région le 21 octobre dernier, ce schéma présente de grandes orientations stratégiques déclinées en 90 fiches actions, dont 55 sont d’ores et déjà en cours, à différents niveaux d’avancement, ou achevées.

Des témoignages des acteurs locaux sont venus étayer le travail de la Conférence et notamment celui de l’IREPS avec son programme de prévention des conduites addictives en milieu scolaire, ou encore ceux de deux porteurs de Maisons de santé (la maison de santé de la communauté de communes du Pays des Achards, en milieu rural et celle du quartier des Hauts de Saint Aubin à Angers, au cœur d’un quartier où la population est en grande précarité).

Comme vice-présidente en charge de la santé il me revenait de présenter le Pass complémentaire santé pour les jeunes de 15 à 29 ans, un engagement fort de notre région envers l’autonomie et l’accès à la santé des jeunes. Une procédure simple permet au jeune de bénéficier d’une aide de 100 euros lors de la  souscription d’un premier contrat avec une Mutuelle.  8150 demandes de Pass complémentaire santé ont été enregistrées sur le site www.pack 15-30.fr et 26 organismes de mutuelles sont signataires d’une convention avec la région. Le budget 2012 consacré à cette aide est de 1 500 000 €.

Notre système de santé et de protection sociale a été abimé par une succession de décisions qui va à l’encontre des besoins des français. La santé est devenue un luxe pour de nombreux Français. 1 Français sur 4 renonce à se soigner pour des raisons financières (source : institut CSA). Le gouvernement a multiplié, depuis 2002, les forfaits, les franchises et les déremboursements. Cette politique injuste réduit le pouvoir d’achat de tout le monde et pénalise particulièrement les plus fragiles (étudiants, précaires, etc.) et les plus âgés.

Les dépassements d’honoraires, l’allongement des listes d’attente, la difficulté à trouver un médecin le soir ou le weekend fragilisent les plus en difficulté qui finissent par renoncer aux soins.

Les « déserts médicaux » se multiplient à la campagne et en banlieue. Le gouvernement refuse de mener une politique volontariste en matière d’installation des médecins et poursuit la politique menée depuis 2002 de fermetures de services hospitaliers et de maternités, pour des raisons purement comptables. Cette politique entraine une rupture d’égalité majeure entre les territoires et met en danger des millions de nos concitoyens.

L’avenir de l’hôpital public est sévèrement hypothéqué par la loi Bachelot (HPST) de 2009. L’hôpital public est exsangue : politique du chiffre et non de la qualité, pression budgétaire et rationnement des moyens financiers, mise en concurrence avec les structures privées, doublement du nombre de visites aux urgences faute de permanence des soins en ville, manque de personnel.

C’est face à cette adversité que la majorité a décidé de faire de la santé une priorité afin de permettre à chaque ligérien de préserver le capital santé de chacun.

 

Auteur: Sylviane Bulteau

Députée Conseillère départementale de la Vendée

Laisser un commentaire