Format d'article

Inégalités : La Vendée aussi

banquealimentaire21Comme chaque année le président de la Banque Alimentaire de la Vendée a envoyé à tous les élus du département (parlementaires, conseillers régionaux et généraux, maires) le rapport qui fait suite à l’assemblée générale de son association.

La lecture de ce document reste un indicateur précieux de l’état de la pauvreté en Vendée et de sa localisation, il permet d’avoir une vision plus précise des territoires les plus touchés par la demande en termes d’aide alimentaire.

La Roche sur Yon et sa couronne reste le territoire le plus marqué par cette demande, comme tous les chefs lieux de département, la ville concentre un parc important de logements sociaux, hébergeant ainsi le plus grand nombre de personnes en difficulté.

Les autres secteurs où la banque alimentaire recense de nombreux bénéficiaires sont : Les Sables/Talmont/La Mothe, le Sud Vendée et l’autre partie de la côte de Saint-Gilles à Noirmoutier. La plus forte progression du nombre de bénéficiaires étant localisée sur Pouzauges/La Chataigneraie (+ 88,5 %).

Au total, sur une période allant d’octobre 2008 à mars 2009 le nombre de bénéficiaires sur l’ensemble du département aura augmenté de 22,5 %.

Ce chiffre est assez alarmant et il démontre, une fois de plus, que La Vendée n’est pas épargnée ni par la pauvreté, ni par la crise, qui depuis 6 mois maintenant crée des situations de chômage et de baisse de revenus dans de nombreuses familles vendéennes.

Malgré toutes ces alertes, le Conseil Général de La Vendée ne semble pas s’alarmer alors qu’il faudrait prendre des mesures plus offensives en matière de social : aide au logement, aide à l’insertion (aucun recrutement n’est prévu pour assurer la mise en place du RSA), aide aux jeunes en difficulté, aide aux centres de loisirs, gratuité des transports scolaires….

Au lieu de se consacrer aux compétences de son département et de s’intéresser aux familles vendéennes, qu’il est toujours prompt à flatter, Villiers préfère pousser de faux cris d’orfraie depuis qu’il a fait semblant de comprendre, que les gentils skippeurs du Vendée Globe et les merveilleux sponsors, n’étaient finalement que des comptables refusant de perdre de l’argent.

Il s’occupe aussi beaucoup de sa campagne des européennes, se pavanant avec un milliardaire Irlandais, quand les entreprises et les salariés de notre département auraient besoin de soutien et d’écoute.

Tout cela est désolant car entre la communication affichée dans le Journal de la Vendée et la réalité de ce que le Conseil Général fait pour les vendéens il y a un écart terrible. Mais il reste encore un moyen de protester….justement les élections européennes !

Auteur: Sylviane Bulteau

Députée Conseillère générale de la Vendée Première secrétaire fédérale du PS Vendée

0 Commentaires

  1. Comme quoi la Vendée a beau être en sois-disant bonne santé économique, les salaires font partie des plus bas de France.
    Je pense plutôt que c’est la rémunération du Vicomte qui est en bonne santé.

    Répondre
  2. Votre article est très claire. Pourquoi ne parrait il pas dans un journal comme Ouest France? ou autre….Vous devez faire entendre vos analyses. Le roi de la Com ,c’est Devilliers,
    il est horrible, détestable, j’ai parfois honte de dire que je suis de Vendée, il faut expliquer, que Devillier ne représente pas tous les Vendéens.Comment faire pour que vos messages soient plus entendus. Le blog de Julien Dray est trés intérressant…c’est grace à vous que j’y suis allez. Merci et courrage…

    Répondre
  3. Sylviane Bulteau

    22/04/2009 @ 18:01

    Merci pour ce commentaire ; je viens justement d’envoyer un communiqué à Ouest-France reprenant en partie cet article. on verra s’il passe !

    Répondre

Laisser un commentaire

Les champs marquées par une * sont obligatoires.