Format d'article

Une visite enrichissante à la maison familiale rurale de Talmont-Saint-Hilaire

Après avoir visité les quatre établissements des MFR installés sur le périmètre de la 2e circonscription de Vendée, je me suis rendue ce matin – jeudi 10 décembre – au sein de la MFR de Talmont-Saint-Hilaire, à Port Bourgenay, dont la spécialité est la formation des jeunes aux différents métiers du bois.

Sur place, j’ai été accueillie par M. Paul Piveteau, président de la fédération des MFR de Vendée, M. Nicolas Faivre, président du Conseil d’administration de l’établissement, M. Yannick Vitali, directeur de la fédération départementale des MFR, M. Thierry Dubin, directeur du CFA des MFR de Vendée et M. Dominique Charbonneau, directeur de l’établissement.

IMG_4347

M. Thierry Dubin, M. Dominique Charbonneau, Mme Sylviane Bulteau, M. Nicolas Faivre, M. Paul Piveteau et M. Yannick Vitali

Avec 75 jeunes venant de toute la Vendée, et même d’autres départements, la MFR de Talmont Saint-Hilaire offre des formations pour l’obtention de trois CAP : fabricant, installateur et constructeur bois. La très grande majorité d’entre eux (82%) poursuivent ensuite au même endroit leurs études et obtiennent dans la foulée un brevet professionnel – précieux pour celui qui envisage par la suite de s’installer à son compte – qui assure à ces jeunes la possibilité de trouver sans grande difficulté un emploi à l’issue de leur cursus. Avec 92% de réussite aux examens, le taux d’embauche à la sortie de l’établissement atteint 96%, à temps plein, et en CDI.

J’ai notamment pu constater le grand intérêt de ces derniers pour le bois. On constate chez eux une réelle passion pour ce matériau et pour les métiers qui y sont liés. Cela explique sans doute pour une bonne part le très faible taux de rupture, d’abandon ou d’échec en cours de formation.

La transversalité des enseignements en fonction des projets et des commandes formulées, notamment par les collectivités locales, auprès de la MFR permet la mise en œuvre d’une pédagogie ancrée dans la réalisation concrète qui, si elle demande une grande souplesse aux membres des équipes d’encadrement, assure toutefois le succès de cette formule auprès des apprenants. Un exemple : la création, au sein de la classe de pré-apprentissage dite « DIMA » (dispositif d’initiation aux métiers en alternance), d’une entreprise « virtuelle », sous le statut de la SARL au sein de laquelle chaque élève assure une fonction bien réelle ; du directeur de l’entreprise au responsable des ventes en passant par le secrétariat.

IMG_4350

Les élèves de la classe « DIMA » de la MFR de Talmont-Saint-Hilaire ont présenté leurs projets et leurs réalisations

Au cours de la discussion, il est apparu que l’aide « TPE jeunes apprentis », dispositif mis en œuvre par le Gouvernement à partir de juillet 2015 en direction des entreprises de moins de 11 salariés afin de favoriser le recrutement des apprentis, a été bien accueilli par les professionnels et donné des résultats plutôt positifs. Cette aide de 4 400 euros sur 12 mois concerne les recrutements en contrat d’apprentissage à compter du 1er juin 2015 et est cumulable avec les dispositifs de primes et d’aides déjà existants pour l’apprentissage.

Je remercie chaleureusement les équipes ainsi que les jeunes pour leur accueil sympathique ainsi que pour la qualité des échanges que nous avons eus tous ensemble.

Auteur: Sylviane Bulteau

Députée Conseillère départementale de la Vendée

Les commentaire sont fermés pour cet articles