Format d'article

Le rapport sur l’expulsion de Leonarda Dibrani : lire pour mieux comprendre

http://fr.scribd.com/doc/17177343676-Lire-le-rapport-sur-l-expulsion-de-Leonarda-Dibrani-dans-son-integralite

Il faut lire ce rapport pour mieux comprendre l’éloignement de la famille Dibrani, loin de l’émotion médiatique. On peut y lire que les autorisations de séjour existent pour les familles qui font preuve d’intégration, ce qui n’est pas, visiblement, le souhait du père de Léonarda. Les décisions du Président de la République sont donc les bonnes : renforcer l’interdiction du processus d’éloignement dans le cadre scolaire et proposer à la jeune fille de revenir en France. J’ajoute, qu’étant mineure, il semble évident qu’elle serait prise en charge par l’Aide sociale à l’enfance du département et hébergée en famille d’accueil ou en foyer pour adolescents (ce qui lui avait été proposée, ainsi qu’à sa soeur, alors qu’elles avaient dénoncées les violences de leur père avant de se rétracter).

Comme députée, je suis régulièrement sollicitée pour « plaider » l’autorisation de titres de séjour auprès de la Préfecture. A chaque fois j’essaie de vérifier qu’elle est la vie de la famille : scolarisation des enfants, intégration dans les quartiers, problèmes de délinquance, suivi social ou associatif, recherche d’emploi….Ces éléments sont très importants pour l’intégration, ils font preuve de citoyenneté des demandeurs. Il ne faut pas perdre de vue que ces familles habitent le plus souvent dans des quartiers populaires (jamais dans les centres villes ou dans le XVIème!) et qu’il faut être vigilant à ne pas fragiliser ce qui l’est déjà.

Bien sur, comme beaucoup de français, je n’ai pas accepté l’interpellation de Leonarda pendant la sortie scolaire et cela ne doit jamais se reproduire. L’école est un sanctuaire, un lieu d’égalité, de fraternité pour tous les enfants. Notre nation a toujours été un pays d’accueil et d’intégration, tout au long des siècles (Italiens, Polonais, Maghrébins, Africains..) mais le contexte économique et social de notre temps rend plus délicat l’accueil des populations étrangères. Ensemble, élus, associations, services administratifs, nous essayons de trouver les meilleures solutions possibles, loin de l’agitation médiatique qui vend, comme avec Leonarda, un « produit de consommation » nourrissant division et populisme.

Auteur: Sylviane Bulteau

Députée Conseillère départementale de la Vendée

Laisser un commentaire