Format d'article

Intervention en séance le 21/01 – Article 5 de la loi pour l’égalité entre les femmes et les hommes

Mon intervention dans l’hémicycle ce 21 janvier sur l’article 5 de la loi pour l’égalité entre les femmes et les hommes. L’opposition ne veut pas que nous en finissions avec la notion de « détresse » concernant l’avortement, inscrite dans la loi de 1975 et totalement obsolète aujourd’hui.

« On est un peu dans un dialogue de sourds. Peut-être allez-vous entendre, du moins écouter. Comme l’a rappelé hier Bruno Le Roux, il s’agit d’adapter la loi à la réalité d’aujourd’hui. La vraie détresse, c’est de subir une grossesse que l’on n’a pas désirée. Ce texte répond à ce drame, le mot a été employé plusieurs fois.

Certains sont descendus dans la rue en Espagne, mais aussi en France, notamment dimanche dernier, qui voudraient que ce soit la loi de Dieu qui s’applique. Or, en France, c’est la loi des hommes et, en l’occurrence, des femmes, qui s’applique grâce à la laïcité, chacun pouvant croire à tout ce qu’il veut dans la sphère privée.

 Il faut cesser d’employer un vocabulaire anxiogène. Il ne s’agit pas de « banaliser », de « déresponsabiliser », ni « d’ouvrir la boîte de Pandore ». Regardez autour de vous : une femme qui ne veut pas d’une grossesse, pour quelque raison que ce soit, a le droit de se faire avorter. Elle n’a pas à justifier son choix. Qu’elle soit pauvre, riche, en détresse ou non, son corps lui appartient.

Ce qui devrait tous nous mobiliser ce soir, et je voudrais appeler l’attention de Mme la ministre sur ce sujet, c’est le manque cruel de moyens dans les hôpitaux publics pour avoir un égal accès à l’IVG. De même, comme l’a dit Mme Buffet, ce qui doit aussi nous mobiliser, c’est un meilleur accès à la santé sexuelle et à la contraception. Les élus nationaux s’y emploient. Dans les territoires, les collectivités territoriales, des actions sont menées ; nous devons les encourager. Dans ma région, nous avons mis en place le « Pass santé contraception » : 7 000 Pass ont été utilisés par les jeunes filles et les jeunes garçons dans les lycées. » 

 Retranscription officielle par les services de l’Assemblée nationale

Auteur: Sylviane Bulteau

Députée Conseillère départementale de la Vendée

Laisser un commentaire