Format d'article

Le racisme : « ce poison contre l’Egalité »

photo1Les 10 et 11 mai à La Roche Sur Yon c’est le temps de la « Fête contre le racisme et journée de mémoire de l’abolition de l’esclavage et de la traite négrière », héritée de l’ancienne «Fête contre le racisme » créée par Jacques Auxiette et fréquentée, en son temps, par de grands noms de l’anti-racisme et des Droits de l’Homme, je veux parler d’Harlem Désir ou de Madame Danielle Mitterrand.

L’initiative du collectif de Mai , sous la houlette de Georges Bilau Yaya, qui regroupe des associations yonnaises, est à saluer. Elle contribue à la prise de conscience, à la sensibilisation et au devoir de mémoire. Le racisme, la discrimination « ce poison contre l’Egalité » comme l’a dit le Président de la République, doit sans cesse être combattu.

IMG_3349

Avec François Vignault et Patrick Dinel, représentants de la ville et Georges Bilau Yaya du collectif de Mai.  

Les associations participent grandement à ce travail mais les politiques ne peuvent pas s’exonérer de ce combat. Le premier ministre a réuni, le 26 février dernier, le Comité interministériel de lutte contre le racisme et l’antisémitisme (comité que ne s’était pas réuni depuis 2009).

Quatre axes visent à renforcer le plan national d’action de lutte contre le racisme :

1 Se doter d’un pilotage stratégique de lutte contre le racisme et l’antisémitisme.

2 Développer la connaissance des phénomènes de racisme et d’antisémitisme.

3 Responsabiliser les acteurs de terrains.

4 Lutter contre les nouvelles formes de racisme et d’antisémitisme.

Retrouver le plan complet sur le lien http://www.gouvernement.fr/premier-ministre/une-nouvelle-etape-dans-la-lutte-contre-le-racisme-et-l-antisemitisme

Il faut également saluer l’action de la ville de La Roche Sur Yon et de la Région des Pays De La Loire, notamment à travers son plan de lutte contre les discriminations. Des collectivités pour qui le « vivre ensemble » et l’égalité des droits sont des priorités.

 Au pays des Droits de l’Homme beaucoup de chemin reste à faire pour ne plus discriminer, rejeter l’autre à cause de sa nationalité, son nom, son quartier, sa couleur de peau, son orientation sexuelle, son handicap…Merci donc au collectif et à son animateur pour ces moments d’échange, de sensibilisation, de discussion mais aussi de convivialité et d’amitié.

Auteur: Sylviane Bulteau

Députée Conseillère départementale de la Vendée

Laisser un commentaire