Format d'article

8 mars : Journée internationale du droit des femmes

La lutte contre les violences faites aux femmes est un combat qui me tient à cœur en tant que députée mais encore plus en tant que femme. Encore aujourd’hui, en 2013, une femme meurt tous les trois jours sous les coups de son mari ou de son compagnon, une femme sur trois dans le monde subira des violences infligées par son partenaire et une femme sur cinq dans le monde sera victime de viol ou de tentative de viol au cours de sa vie… Ces chiffres sont inquiétants et pourtant ils reflètent la réalité. Une réalité que nous devons refuser d’accepter.

journée des femmes

Cette journée du 8 mars n’a pas été uniquement créée pour lutter contre les violences physiques. Elle permet aussi de souligner que trop de femmes sont encore aujourd’hui discriminées du fait de leur genre. Sexisme, salaires moindres, contrats plus précaires, difficultés à trouver un emploi, sont notre quotidien dans une société encore bien trop stéréotypée.

Durant cette journée de nombreuses actions seront organisées dans toute la France, par le gouvernement ou encore par toutes les associations qui luttent au quotidien au côté des femmes pour défendre leur droit. Par exemple, dans le cadre de cette journée, la Maison de quartier du Pont Morineau à La Roche-sur-Yon, organise jusqu’au 17 mars des rencontres, des sorties et des ateliers pour sensibiliser les Vendéennes et les Vendéens.

A l’échelle nationale, la parité, le respect et la lutte contre les violences faites aux femmes sont des combats que livrent notre gouvernement. En créant le Ministère du droit des Femmes, placé sous l’autorité par Mme Vallaud-Belkacem, François Hollande a réaffirmé que cette lutte est une priorité.

Elle n’incombe pas seulement au Ministère du droit des Femmes, c’est un combat d’intérêt général. Ainsi, le 10 janvier dernier, Najat Vallaud-Belkacem en collaboration avec le Ministère de l’Intérieur et Manuel Valls, a établi un plan global pour la protection des femmes victimes de violences. Les objectifs de ce plan sont simples : améliorer le premier accueil des femmes, renforcer les protections et mieux accompagner les victimes.

Le droit des femmes est un chantier permanent qui doit être l’affaire de tous, notamment au sein de nos instances nationales car nous avons, j’en suis persuadée, le pouvoir de faire évoluer la société positivement. J’ai ainsi voté la loi instaurant le mode de scrutin paritaire aux élections départementales. Cette mesure permettra à beaucoup de femmes de trouver et de prendre la place qui leur est due en politique, dans un monde dit « d’hommes ». Le 14 février dernier lors de l’opération « One Billion Rising – Le monde se lève contre les violences faites aux femmes » j’avais participé à la table ronde organisée par des étudiants Yonnais. Durant cette évènement j’avais pu rappeler que le sujet des droits des femmes, en général, était aujourd’hui remis à sa juste place, au cœur de nos préoccupations notamment grâce à la création du Ministère du droit des Femmes.

Bien sûr, la lutte pour le droit des femmes est un travail de tous les instants. Une journée ne suffit pas comme le rappelle entre autre Mme Vallaud-Belkacem grâce à un nouveau site dédié au droit des femmes http://8marstoutelannee.fr/. Cependant l’écho médiatique de cette journée a le mérite d’attirer l’attention de tous et de favoriser la sensibilisation de l’opinion publique. Et j’espère que les nombreuses actions organisées à travers la France à l’initiative de différentes structures, gouvernement, associations ou entreprises éveillerons les consciences. Ces évènements sont certes ponctuels mais démontrent, malgré cela, que notre société est sensible à cette cause et à la volonté et l’envie de changer les choses.

Auteur: Sylviane Bulteau

Députée Conseillère départementale de la Vendée

Laisser un commentaire