Format d'article

Soutien au Pacte de compétitivité pour la croissance et l’emploi

Pendant 10 ans la droite a négligé la perte de compétitivité de notre économie et de l’industrie française et aujourd’hui c’est à la gauche et au gouvernement qu’incombe la lourde tâche de redresser une France au bord du gouffre.
Le Rapport Gallois, remis lundi 5 novembre à Jean-Marc Ayrault, ne fait que confirmer cette inaction et cet immobilisme du gouvernement précédent qui a laissé la situation se dégrader d’année en année. M. Fillon lui-même confesse que « La France a mis trop de temps à prendre conscience de la réalité de la compétition mondiale et à engager les réformes et efforts nécessaires. »


C’est en partant de ce bilan très négatif établi par Louis Gallois que Jean-Marc Ayrault tente d’apporter une réponse globale grâce au Pacte de compétitivité pour la croissance et l’emploi. La stratégie du gouvernement est simple : il faut une transformation économique radicale et ambitieuse qui demandera la participation de tous.

Ainsi, pour les entreprises sera mis en place un allègement des coûts du travail de 20 milliards d’euros sur 3 ans grâce à la mise en place d’un crédit d’impôt. C’est à dire que les entreprises pourront récupérer forfaitairement environ 6 % de la masse salariale brute payée au cours de l’année pour les salaires jusqu’à 2,5 fois le SMIC. Cette mesure donnera sans aucun doute aux entreprises les moyens financiers de relancer l’investissement et la création d’emplois. En effet grâce au crédit d’impôt l’apport aux entreprises sera deux fois plus important qu’avec les allègements de charges proposés par la droite dans le passé. Ces dernières recevrons 20 milliards d’euros contre 10,6 milliards précédemment, ce qui leur permettra de se remettre sur les rails de la croissance bien plus efficacement.

Les citoyens quant à eux seront également directement en mesure de constater l’efficacité de ces propositions sur leur vie quotidienne. Notamment grâce à une réadaptation plus juste des taux de la TVA qui leur permettra de gagner en pouvoir d’achat par exemple.
Ainsi les mesures de M. Ayrault sont bien différentes de la TVA sociale qu’improvisait M. Sarkozy en fin de mandat. Alors qu’il proposait une augmentation arbitraire de 1,6 point qui aurait demandé aux français un effort de 10,6 milliards d’euros, le gouvernement propose un ajustement de cette dernière.

Certains membres de la droite, M. Copé en tête, osent fustiger ces propositions courageuses du gouvernement. Ce dernier se dit déçu et affirme que tout cela est « très complexe pour les entreprises et pas à la hauteur des attentes ». Cependant ces dix dernières années la droite n’a absolument pas répondu aux attentes des français ainsi M. Copé n’a certainement pas de leçon à donner au gouvernement.

Ce Pacte présente des mesures très concrètes et réalistes pour sortir de la spirale du déclin dans laquelle nous sommes enfermés depuis trop longtemps. Le redressement économique de la France ne pourra se faire sans un effort conjoint des citoyens, des entreprises et de l’État.

Auteur: Sylviane Bulteau

Députée Conseillère départementale de la Vendée

Laisser un commentaire