Format d'article

François Hollande : « il ne faut pas être élu sur un malentendu »

Mardi 6 septembre François Hollande réunissait une réunion de travail à Paris à laquelle j’assistais. Il nous a livré son analyse suite à la longue période estivale suivi des Universités de La Rochelle.

 Au fil des ses déplacements et de ses rencontres avec les français il sent la confiance s’installer, l’intérêt pour sa candidature qui grossit, voire parfois une certaine ferveur ! Les enquêtes d’opinons doivent être regardées avec toutes les précautions, car aujourd’hui personne ne connaît le corps électoral.

 C’est pourquoi l’enjeu de ces primaires est bien l’appel à la participation massive des électeurs, même si quelques sondages indiquent une participation d’environ 10%, soit 4 millions d’électeurs.

 Plus inquiétant est l’ignorance de ce qu’est la Primaire pour un nombre important de nos concitoyens, il reste donc aux équipes des candidats, aux militants du PS à populariser la Primaire, rien que la Primaire.

 François Hollande poursuit son chemin en faisant des propositions réalistes et chiffrées. Il propose par exemple de passer de 75% d’électricité d’origine nucléaire à 50% à horizon 2025, tout en continuant à développer les énergies renouvelables, à investir dans la recherche, pour assurer la nécessaire transition énergétique. On peut toujours promettre de sortir du nucléaire dans 40 ans, mais qui sera là pour le vérifier ? François Hollande promet donc une sortie par étape, à l’image de ce qu’a fait l’Allemagne.

 Autre proposition, la création de 60 000 postes dans l’Education Nationale. Ceux là même que la droite a détruit ces dernières années et si Luc Chatel, le ministre de l’Education Nationale, juge la proposition irresponsable, certains socialistes « ironisent », parait-il, sur cette proposition. Mais là encore François Hollande a chiffré le coût sur 5 ans (2 milliards et demi) et a mis en regard le coût de l’exonération de la TVA pour les restaurateurs (3 milliards d’euros), ou bien le coût de la défiscalisation des heures supplémentaires (4,5 milliards d’euros). La preuve que des choix peuvent être faits, couplés à la grande réforme fiscale qu’il appelle de ses vœux. En cela François Hollande est cohérent, faisant de la jeunesse LA grande priorité de son mandat.

 Le résultat de la présidentielle de 2012 sera indubitablement conditionné à celui de la Primaire. Plus la participation sera forte, plus le résultat sera net, plus la légitimité du candidat socialiste sera incontestable et il entrera dans la campagne présidentielle porté par cette vague démocratique. « Il ne faut pas être élu sur un malentendu » F Hollande.

Auteur: Sylviane Bulteau

Députée Conseillère départementale de la Vendée

Laisser un commentaire