Format d'article

La Vendée change de mains

Qui m’aurait dit qu’en étant élue conseillère générale en mars 2008 je vivrais un changement de président à la tête du CG ! Comme beaucoup de vendéens je m’étais habituée à la présidence Villiers, que certains au PS surnommaient ironiquement « Phiphi 1er roi de Vendée ».

 J’avoue que son départ a été à la fois une surprise mais aussi un grand soulagement, les idées nauséabondes du MPF ne devant plus avoir cours dans notre département.

 Bruno Retailleau a donc été élu hier président du Conseil Général de la Vendée et dès le début de son intervention « de politique générale » j’ai compris que la rupture annoncée ne serait finalement qu’une toute petite fêlure quand il a commencé à magnifier la Vendée à l’image de son prédécesseur dont c’était l’exercice favori ! Il ne lui manquait que les trémolos dans la voix et la main sur le cœur : «  la Vendée qui s’est révélée au monde s’est aussi révélée aux Vendéens » !

 Heureusement tout le discours n’était pas dans cet esprit et les premières pistes évoquées par le nouveau président vont dans le sens du développement économique, de l’innovation et de l’international et de la conversion écologique. Il a même émis l’idée de travailler façon démocratie participative (sans employer le terme évidemment) ! Tiens ça me rappelle quelque chose, où quand la droite vendéenne reprend les bonnes idées de la gauche régionale, pourtant fustigées par l’opposition de droite régionale, les amis de Mr Retailleau. Vous suivez ??

 Il nous a également parlé « d’écologie pragmatique » ? Une écologique qui serait concrète et efficace. Serait-ce une petite pique à l’écologie villiériste qui faisait beaucoup de bruit dans « la Pravda » locale mais peu de réel sur le terrain. Là aussi attendons le concret, et la gauche lui a rappelé le triste épisode de l’éolien offshore en lui demandant de se prononcer différemment et d’intervenir auprès du gouvernement.

 En revanche à aucun moment je n’ai entendu les mots de  services publics  dans cette intervention. Bruno Retailleau nous a parlé de « crise de la famille », « d’atelier de la parentalité », des associations, des parcours de la deuxième chance, des « universités du bénévolat », mais jamais il n’a mis en avant le service public et notamment celui qui doit être le pilier d’un département, celui de la Solidarité. Il y avait derrière les pistes évoquées un petit goût de « aide toi et le ciel t’aidera » !

 La gauche continuera à défendre ses valeurs et ses idées devant cette nouvelle majorité : service public, laïcité, solidarité, justice sociale, lutte contre les discriminations, formation tout au long de la vie, droit des salariés, logement social..

 Le travail commence vendredi avec la session d’ajustements budgétaires du 4ème trimestre, mais c’est à l’occasion du vote du budget (annoncé en mars 2011) que l’on pourra juger des avancées…ou non.

 Pour l’anecdote, le villiériste Domique Souchet a également fait une déclaration en s’adressant au nouveau président par le tutoiement et en l’appelant « Bruno » ! Du jamais vu dans un hémicycle où chacun s’adresse au président en le vouvoyant et en le nommant « Monsieur le président ». Une manière à peine voilée de lui faire comprendre qu’il reste pour lui le « petit Bruno »  modelé par Villiers et dont le costume pourrait être trop grand ?

Auteur: Sylviane Bulteau

Députée Conseillère départementale de la Vendée

Laisser un commentaire