Format d'article

L’accès à la santé : une priorité régionale

Comme le dit Jacques Auxiette quand il est question des politiques de santé : la région n’est pas juridiquement concernée mais politiquement intéressée. En effet quel élu local peut aujourd’hui ignorer les questions d’accès aux droits à la santé, de désertification médicale, de santé environnementale, de prévention, de bien être des populations.

La région travaille sur ces thématiques depuis 2004 et il s’agit aujourd’hui de pousser encore un peu plus en avant nos convictions en matière de santé. Tout d’abord il faudra faire entendre notre « petite voix » au sein de la nouvelle Agence Régionale de Santé (établissement public d’Etat qui regroupe les anciennes ARH, URCAM, DDASS et CRAM) qui dispose d’un champ d’intervention très vaste : prévention, sécurité sanitaire, soins hospitaliers et médecine de ville, handicap et personnes âgées) et élaborer quelques perspectives de collaboration.

Je pense notamment à la détermination des besoins et soutiens financiers pour nos Maisons de santé dont l’idée, je le rappelle, est sortie tout droit de la majorité régionale ! A l’époque les amis de Madame Bachelot fustigeaient cette politique mais aujourd’hui la loi HPST (dite aussi Loi Bachelot) reprend à son compte la définition des maisons de santé ! La loi prévoit d’ailleurs la mise en place (à l’échelle régionale) d’un service unique d’aide à l’installation des professionnels de santé.

Il sera également nécessaire de clarifier avec l’ARS nos interventions en matière de prévention et de promotion de la santé. En effet, l’instance qui permettait à la région, l’Etat, les collectivités territoriales et l’Assurance maladie de statuer sur le financement des projets en matière de santé, et notamment ceux des associations (par exemple : AIDES, Ligue contre le cancer….) a été supprimée avec la mise en place de l’ARS. Enfin quand nous aborderons l’épineux sujet de la mise en place du « pass contraception » (un des engagements de notre programme) je compte bien trouver, là aussi, un appui non négligeable de la part d’une structure concernée au plus haut point par la prévention et la promotion de la santé.

En termes de formation et de valorisation de la médecine générale, là encore la région essaie de s’impliquer avec la rencontre, hier, des deux doyens des Facultés de médecine de Nantes et Angers. Les Pays de La Loire font partie des dix régions « à faible densité » que ce soit pour les médecins généralistes ou pour les spécialistes. L’accueil de jeunes médecins stagiaires en maison de santé serait un plus car il s’agirait de leur donner l’envie d’exercer en libéral mais pas en solitaire !

Cette « journée santé » s’est terminée par l’inauguration de la Maison de Santé de Savenay (Loire-Atlantique). Adossée à l’hôpital local, elle regroupe douze professionnels de santé (médecins généralistes, angiologue, infirmiers, pédicure-podologue et diététicienne). A noter l’élaboration d’un projet ambitieux en matière de prévention et de promotion de la santé : suivi des nourrissons, prévention de l’alcoolisme, du tabagisme, de la dénutrition et des chutes chez les personnes âgées.

C’est une équipe passionnée et soudée que Jacques Auxiette a remercié et encouragé lors de son intervention. Il a également mis l’accent sur l’utilité de l’élu local, qui n’est pas uniquement là pour « s’occuper des poubelles », mais bien pour mettre en place des politiques publiques qui répondent aux besoins des populations et y apporter les financements nécessaires, 300 000 euros en l’occurrence pour l’équipement de Savenay.

Auteur: Sylviane Bulteau

Députée Conseillère départementale de la Vendée

Laisser un commentaire