Format d'article

Enseignants, parents, enfants..bon courage pour cette rentrée !

Le Lycée De Lattre de Tassigny lors de son 20ème anniversaire

Aujourd’hui c’est la rentrée des enseignants dans un contexte dégradé, mais habituel, depuis que la droite au pouvoir, et notamment Nicolas  Sarkozy, a décidé d’en finir avec l’Education Nationale.

16000 postes sont supprimés à cette rentrée au Ministère de l’EN. De 2007 à 2010, plus de 50000 postes d’enseignants ont été supprimés soit plus de 6 % des effectifs qui s’ajoutent aux 30000 supprimés entre 2002 et 2007 ! Ces chiffres donnent le tournis et malgré ces réductions drastiques des effectifs cela ne représenterait, in fine, qu’une baisse du déficit de …0,025 point du PIB, selon des estimations de l’OCDE. Ce choix politique n’a donc qu’un faible impact économique mais de graves conséquences sur l’éducation et la formation et notamment sur les plus fragiles.

La réforme de la formation des enseignants va également peser puisque les professeurs stagiaires vont être directement en classe ; dans notre académie le recteur a choisi de les mettre tout de suite 18 H face aux élèves alors qu’il était possible de moduler, tel n’est pas le choix dans notre région. Ils seront normalement accompagnés d’un tuteur et regroupés temporairement en quelques stages, mais les syndicats ont prévenu : il ne sera pas possible de faire entrer dans les emplois du temps ce tutorat. Ici encore le choix du ministre est bien de faire des économies mettant en cause la qualité de la formation.

La compétition est donc ouverte entre les établissements publics : les meilleurs profs ici, les meilleures classes là, les meilleurs résultats au bac là-bas, les meilleures options, etc….Les valeurs laïques de notre République sont foulées au pied, notre Education Nationale est petit à petit « vendue » aux organismes privés de soutien scolaire (qui rémunèrent leurs actionnaires) dont les parents les plus favorisés sont les principaux clients. La droite fait le choix de laisser au bord de la route les jeunes en difficulté pour construire une société de classe où les uns dinent au Fouquet’s pendant que les autres crèvent dans les taudis des Roms.

Comment redresser un tel naufrage ? La gauche qui sera peut être au pouvoir en 2012 devra bien sur réfléchir à mettre en place des moyens supplémentaires mais cela ne suffira pas. Il faudra aussi accompagner les familles, remobiliser les enseignants et fabriquer une nouvelle société dans laquelle l’ascenseur social sera remis en état de marche.

Auteur: Sylviane Bulteau

Députée Conseillère départementale de la Vendée

Laisser un commentaire