Format d'article

100ème anniversaire de la journée du 8 mars

Le 8 mars est la Journée Internationale des droits des Femmes et non « La Journée de la Femme » comme je l’ai entendu sur une grande radio privée, radio qui programme même pour l’occasion la venue du chanteur Marc Lavoine. En clair pour faire plaisir à ces dames on nous offre un beau mec, à la voix suave et aux chansons d’amour mièvres ! on aimerait plutôt entendre des témoignages d’artistes femmes sur la difficulté d’exister dans ce milieu du show biz, par exemple.

Comme tous les ans nous allons profiter de cette journée pour dénoncer les violences conjugales, les inégalités dans le travail, les tâches ménagères qui incombent encore à 80 % des femmes, etc, etc.

Les grandes dates restent gravées dans les mémoires : droit de vote en 1944, contraception, IVG, égalité professionnelle, parité, pour ne citer que les plus célèbres. Mais nous assistons depuis quelques années à une stagnation, voire une régression du droit des femmes : remise en cause de la laïcité, remise en cause de l’accouchement sous X, remise en cause des financements au Planning Familial….

Il faut rester très très vigilante et c’était le sens du message que voulait porter la Conférence organisée mercredi dernier à l’IUT de La Roche sur Yon.  Cégolène Frisque, sociologue et enseignante avait convié ses étudiants à débattre avec Michèle André (sénatrice et ancienne secrétaire d’Etat aux Droits des Femmes) et Brigitte Gresy (auteure du rapport sur l’égalité professionnelle) ; j’étais invitée, pour ma part comme Vice présidente de région et j’ai pu, rapidement, témoigner de l’engagement de notre Région à travers son Plan d’actions pour l’Egalité.

Depuis la loi Jospin sur la Parité, il n’y a eu aucune autre grande loi qui est venue renforcer le droit des femmes dans notre pays. La droite n’en fait pas une priorité, d’ailleurs il n’existe plus de Secrétaire d’Etat aux droits des femmes. La Gauche, si elle revient au pouvoir en 2012, devra sérieusement reprendre le travail à zéro, pour en finir avec les injustices, les discriminations et les assassinats (en France, 1 femme meurt tous les 3 jours sous les coups de son compagnon) dont sont victimes les femmes de toutes conditions sociales, de tous les âges, de toutes les couleurs.

Auteur: Sylviane Bulteau

Députée Conseillère départementale de la Vendée

Laisser un commentaire