Format d'article

Droits de l’Homme : la région s’engage

Le Conseil Régional s’est engagé dans une importante démarche de sensibilisation à la Charte-agenda mondial des droits de l’Homme dans la Cité et afin de la mettre en débat et de recueillir le plus de contributions possibles deux temps étaient organisés, à l’Hôtel de Région, cette fin de semaine.

Tout d’abord  la conférence grand public « Les droits de l’Homme dans la cité : pourquoi et comment ? » animée par Monsieur Franck Barrau, secrétaire international permanent Droits de l’Homme et gouvernements locaux, avec comme invité Monsieur Jules Patenaude, coordinateur en consultation publique de la ville de Montréal. Ensuite le travail s’organisera en atelier avec des représentants des collectivités locales, nationales ou étrangères, des représentants du monde associatif, du corps consulaire, des experts du droit international…

Avec Mr Jules Patenaude

Avec Mr Jules Patenaude

J’ai eu le grand plaisir d’accueillir jeudi soir la Conférence et d’écouter notre invité Montréalais. Dans cette ville de 1,6 millions d’habitants un travail sous forme de démocratie participative a abouti à la rédaction d’une Charte des droits et des Responsabilités qui « reconnait les valeurs communes que partagent les Montréalaises et les Montréalais et facilite le développement harmonieux de la ville…..en plus de rapprocher les citoyennes et les citoyens, les élu(e) et l’administration municipale, Montréal se donne, avec la Charte, un outil essentiel pour bâtir un avenir reposant sur les valeurs qui nous animent : l’ouverture aux autres, le respect de la dignité humaine, la solidarité, la transparence et la démocratie. »

Un travail colossal fait en concertation avec les habitants. J’observe qu’on dit toujours que le Québec est en avance sur la France, mais je peux vous dire que notre Région n’est pas en reste pour ce qui concerne la démocratie participative : entre les Assises de 2005, celles de 2009 qui ont conduit à la rédaction de l’Agenda 21, les commissions ouvertes et consultatives (Sport, culture, égalité..), les jurys citoyens…je crois que le dialogue avec nos concitoyens est permanent. Pardonnez-moi ce petit accès de chauvinisme ligérien !

Jacques AUXIETTE avait participé lorsqu’il était maire de La Roche-sur-Yon à fonder l’association mondiale des pouvoirs locaux « Cités et Gouvernements Locaux Unis (CGLU) » qui a été dès sa fondation reconnue d’utilité publique par l’ONU.  Son engagement a perduré notamment pour que les questions des Droits de l’Homme soient résolument abordées entre collectivités locales au sein de cette instance internationale de dialogue et d’échanges. Il se concrétise aujourd’hui grâce à ce projet de charte-agenda, qui sert de ferment pour discuter et proposer des axes de réflexion mais aussi des principes d’actions entre collectivités et experts.

Les Droits de l’Homme exigent d’être mis en œuvre aussi en considérant le contexte culturel, religieux, social propre à chaque réalité locale. Le texte de charte-agenda comprend ainsi une partie charte, qui réaffirme les droits et la capacité des pouvoirs locaux à les mettre en œuvre et une partie agenda qui prévoit des initiatives très concrètes et servent en quelque sorte de plan d’actions.

Les Droits de l’Homme ne sont pas pour nous des mots vides de sens, encore moins une simple abstraction. Mais il s’agit bien, sur les lieux de vie des citoyens, de répondre à leurs aspirations et besoins en prenant en compte des Droits aussi essentiels ou fondamentaux que sont : le Droit au logement, le Droit au travail, le Droit des Femmes à l’égalité sociale et professionnelle notamment, le Droit à l’accès aux soins, le Droit aux transports, le Droit au respect et à la citoyenneté.

Nous prenons, au niveau du Conseil régional, bien évidemment toute la considération de ces droits et de leur mise en œuvre dans nos textes d’orientations et nos politiques publiques. Néanmoins, pour nous comme je crois pour n’importe quel autre pouvoir local ou ce que nous appelons en France, les collectivités locales, pour nous donc, les amendements à la partie charte et les propositions d’actions à construire doivent partir d’un débat actif et public.

http://www.spidh.org/fr/la-charte-agenda/index.html

Auteur: Sylviane Bulteau

Députée Conseillère départementale de la Vendée

Laisser un commentaire