Format d'article

Session du Conseil Général à Mareuil sur Lay

C’est une habitude, la Vendée républicaine et démocratique a toujours beaucoup de difficultés pour s’exprimer dans ce département ! Ce fut encore le cas ce matin, lors de la session décentralisée du Conseil Général.

politique-056-320x200Celle-ci se tenait à Mareuil Sur Lay et Pierre Regnault et moi-même avons eu les pires difficultés à nous faire entendre comme groupe d’opposition dans cette assemblée.

Comme toujours nous avons eu droit au show de Philippe De Villiers qui annonce à longueur de sessions des projets dont on ne voit pas venir le début d’un commencement. A chaque session décentralisée il nous fait, par l’exemple, l’annonce de sa réflexion concernant la construction de collèges publics, mais aucune démarche, aucun projet, aucun financement, aucun groupe de travail ne voient le jour. Sauf bien sur son « collège expérimental » qui sera lui situé dans SON canton, sans concertation avec les équipes pédagogiques du secteur.

Il a d’ailleurs affiché un certain mépris envers les syndicats et les enseignants du service public en ricanant lors de mon intervention sur ce sujet.

Cette session était placée sous le signe de la violence, du mépris et de l’impolitesse avec de multiples interruptions des Sarlot, Souchet et compagnie durant les interventions de l’opposition. Les bornes ont été dépassées lorsque le conseiller général de Luçon a lancé sa charge violente contre Hugues Fourage, maire de Fontenay Le Comte, l’accusant d’avoir trahi les salariés de SKF et le rendant responsable de la fermeture de l’usine !

Vous le voyez il y a encore du chemin pour vivre dans une Vendée Républicaine.

politique-061-320x200Ci-dessous le texte de mon intervention.

********

Monsieur le président, chers collègues,

Tout d’abord je voudrais remercier, moi aussi, les élus du canton de Mareuil de nous recevoir sur leur beau territoire ; j’étais d’ailleurs dimanche dernier à Rosnay pour la fête du vin nouveau, organisée par l’amicale laïque, et comme chaque année nous avons pu déguster ce patrimoine vinicole apprécié de tous.

J’en profite d’ailleurs pour vous part de mon étonnement quant à la mise en place de ce nouvel institut de développement rural, on se demande bien ce que ça vient faire ici alors que le patrimoine de la vigne appellerait plutôt l’installation d’un institut d’œnologie ! de même je sais que le CTU du SYMPTAMM prévoyait l’étude d’un projet enfance/jeunesse qui me semble t’il pourrait davantage rendre service aux familles du canton et notamment aux jeunes.

Je profite que nous soyons encore au mois de septembre pour parler un peu de la rentrée scolaire et de l’éternel débat sur collèges publics en Vendée. Alors qu’il faut entre 10 et 20 ans aux familles vendéennes pour obtenir un collège public de proximité, nous avons appris récemment dans la presse la construction d’un collège à Saint Hilaire de Loulay, dans votre canton, Monsieur le Président, c’est à se demander s’il n’y a pas deux poids deux mesures dans ce département quand vous-même vous créer des inégalités territoriales inadmissibles vis-à-vis des parents de La Mothe-Achard, des Essarts ou de Talmont qui attendent toujours un collège public dans leur canton.

Ce projet, dont on ne connait d’ailleurs ni le budget d’investissement ni le budget de fonctionnement, est d’ores et déjà critiqué par les syndicats enseignants car généralement ces projets expérimentaux naissent de la volonté d’une équipe pédagogique et non pas de l’exécutif d’une collectivité locale. On peut également s’inquiéter de la pérennité d’un tel établissement quand on sait que d’autres établissements de ce type peinent à obtenir des moyens et que certains sont même menacés de disparition.

Il y a d’autres priorités en matière de collèges publics en Vendée : juste deux exemples tout d’abord l’hébergement d’Herriot dans les anciens locaux de Piobetta. Un déménagement très mal anticipé, familles, enseignants et personnel peuvent en témoigner :

« A la rentrée, les agents d’entretien du collège ont dû nettoyer un établissement laissé à l’abandon pendant deux ans. Nous avions demandé au CG qu’une équipe de personnels d’entretien fasse le gros du travail ; cette demande n’a pas été entendue.
Les locaux de la Vie Scolaire ne sont pas du tout fonctionnels : pas de fenêtre ni de porte donnant sur la cour, pièce minuscule. Les demandes de pose de fenêtre n’ont pas du tout été respectées. Deux fenêtres ont bien été posées mais elles ne facilitent pas du tout le travail des surveillants puisqu’elles donnent sur le couloir et sur la salle de permanence.
De nombreux services nécessitent une ligne téléphonique (vie scolaire, assistante sociale, UPI …) mais ne l’ont toujours pas aujourd’hui.
Enfin nous sommes préoccupés par des éléments d’ordre écologique. Nous avions réussi à mettre en place au collège Herriot l’an dernier un tri du papier (avec l’association Trait d’union) et des déchets biodégradables à la cantine (avec les services municipaux). Or la fatigue engendrée par le déménagement chez les agents met en danger ce dispositif de tri. En effet, cela leur demande plus de travail et ils se sentent si peu considérés depuis le mois de juin qu’ils hésitent à fournir ces efforts supplémentaires.
D’autre part, nous demandons depuis des années, lors des conseils d’administration du collège, l’installation d’un garage à vélos pour les élèves. Cette demande a toujours été refusée au prétexte que les locaux ne le permettaient pas. Les élèves du collège Herriot que viennent tout de même à vélo se garent aux abords du collège ; place Napoléon par exemple. Dans la seule classe de notre fils, trois enfants se sont fait voler leur vélo l’an dernier. Quelle incitation au développement durable pour les jeunes ! Il semblerait possible, avec un peu de bonne volonté, d’installer un espace pour les vélos au collège Piobetta. il doit être possible de mettre en place une installation à peu de frais et deux ans représentent la moitié de la scolarité d’un collégien ; ce n’est donc pas négligeable. Le CG n’a de cesse de montrer son engagement écologique dans son journal ; qu’il montre également aux jeunes que ce ne sont pas que de belles paroles.

La transition est toute trouvée avec mon deuxième exemple : la chaudière du collège Renoir à La Roche sur Yon va être changée. Très bien. Seulement aucun travaux d’isolation n’est prévu, il faut savoir que l’hiver certaines salles de classe affichent une température de 8 degrés à 8 h, montant jusqu’à 13 degrés en fin de matinée. Effectivement le département de la Vendée soit disant écologique communique beaucoup, comme d’habitude, mais agit peu. Ou plutôt si, il agit mais à l’encontre de tous les principes écologiques en distribuant à tous les ménages vendéens des trucs en plastique comme celui-ci, sur lequel est inscrit, sans honte : « le déchet le plus facile à trier est celui qui n’existe pas » ! (cf l’ardoise en plastique distribuée avec le Journal de La Vendée).
 
Après la rentrée scolaire, je voudrais aborder la rentrée sociale. Chacun peut mesurer aujourd’hui l’ampleur des dégâts liés à la crise économique, et j’attendais quand même, à l’occasion de cette DM1 quelques aides à destination des familles, comme je l’ai déjà réclamé lors de la session de juin dernier : notre collectivité doit faire un effort pour les familles touchées par les licenciements. Faut-il rappeler que le social est une des compétences première du conseil général. Donc je reformule ma demande : réfléchissons à des aides ponctuelles en direction du logement, de la jeunesse, des centres de loisirs, du transport scolaire, en direction des collégiens (paiement des internats, de la restauration scolaire, achat de fournitures spécifiques). Notre groupe est prêt à s’investir dans une réflexion de ce genre avec vous.

En ce qui concerne l’économie je me réjouis de voir enfin venir sur la table un rapport de développement industriel appelé : prêt Vendée développement. Vous rejoignez ainsi le partenariat  que la région a mis en place avec OSEO pour son prêt régional de redéploiement industriel, produit destiné aux entreprises et qui permet aux PME/PMI d’accéder à des financements.

Je parlais tout à l’heure de la session du mois de juin, où vous aviez annoncé que le nouveau chargé de mission de Vendée Expansion travaillerait en priorité sur le bassin d’emploi de Fontenay le Comte, fortement impacté par la crise, il semble qu’à ce jour aucun acteur local ne l’ait vu, là encore il faut constater  que les annonces ne sont pas souvent suivies des faits.

Je terminerais mon intervention en évoquant également la rentrée politique. Votre nouveau ralliement à l’UMP fait que vous serez comptable de la politique de ces messieurs, et notamment de la réforme territoriale qui prépare, vous le savez, la fin de la décentralisation et la disparition programmée des départements, vidés de leurs substances, de leurs finances et même de leurs élus, voilà la belle république que nous prépare vos nouveaux amis, autant vous dire que je ne vous félicite pas !

Je vous remercie.

Auteur: Sylviane Bulteau

Députée Conseillère départementale de la Vendée

Laisser un commentaire