Format d'article

NON à la fermeture de SKF

Près de 3000 personnes avait répondu à l’appel de soutien des salariés de SKF, ce samedi matin à Fontenay Le Comte. Cette résistance à la fermeture de l’usine avait débuté le 18 juin (belle date pour une résistance !) et j’avais participé, aux côtés d’Hugues Fourage, le maire de Fontenay Le Comte, à cette première marche de combat.

la-foule1

SKF est un fleuron de l’industrie, le savoir faire des ouvriers, des techniciens est irremplaçable et comme le rappelait les syndicats, si tout cela disparait, SKF risque bien d’en payer les frais jusque dans sa production mondiale.

intervention-hugues1

Dans la grande cour de l’usine nous étions tous présents. Tous les élus locaux, de tous les partis politiques (de toutes  « les sensibilités » dit la droite qui n’aime guère afficher sa carte !), des quatre coins du département nous sommes venus montrer notre solidarité et crier notre colère contre les licenciements boursiers, la délocalisation vers des pays à bas coût de production où l’on exploite la misère des travailleurs. Un seul mot d’ordre pour ce rassemblement : NON à la fermeture de  SKF.

intervention-sylviane

Je suis intervenue au nom de la région (accompagnée de Mado Coirier et de Claudette Boutet, conseillères régionales du Sud Vendée), du Président Jacques Auxiette pour dire notre solidarité avec les SKF et pour assurer nos concitoyens de notre détermination à rechercher des solutions pour l’avenir du territoire de Fontenay. Même si l’annonce de la fermeture de SKF n’est pas le fait de la crise (1,8 milliards de dividendes versés aux actionnaires en 2008) mais de la recherche du profit maximum, il est primordial d’intervenir sur ce territoire déjà secoué par la crise. D’ailleurs la région des Pays de La Loire n’a pas attendu, en contribuant au sauvetage de la SAMRO à hauteur de 1 million d’euros.

Le Pays de Fontenay a besoin de réindustrialisation, de structures de formations et d’insertion, de soutien dans ses projets de développement, la belle unité politique de ce matin ne doit donc pas s’arrêter là mais se poursuivre, avec l’effort de toutes les collectivités.

Les salariés, les familles, se retournent vers les élus locaux pour agir, la politique par la preuve sans doute ! C’est ce que fait la région des Pays de la Loire : notre plan anticrise est désormais opérationnel avec le vote, jeudi dernier, de 299 M€ d’autorisations pluriannuelles nouvelles et 47 M€ de crédits complémentaires pour 2009 (retrouvez les 40 mesures contre la crise sur le site www.paysdelaloire.fr ).

L’unité qui avait prévalu le 15 mai dernier et qui avait permis un vote à l’unanimité sur la présentation du plan anticrise n’a malheureusement pas trouvé de traduction lors du vote du budget supplémentaire. D’une façon incompréhensible, les amis de Mr Fillon et de Mme Bachelot ont voté contre les crédits affectés à ce plan de relance !

Une dernière pensée pour les sous traitants de SKF qui seraient impactés par la fermeture de l’entreprise et notamment le CAT (Centre d’aide par le travail pour des personnes handicapées) ; pour eux, si j’ose dire, c’est la double peine. Alors continuons à soutenir les SKF.

Auteur: Sylviane Bulteau

Députée Conseillère départementale de la Vendée

Laisser un commentaire