Format d'article

Ni pauvre Ni soumis

Ni pauvre Ni soumis. Tout est dit dans le titre du mouvement qui organisait une manifestation Place Napoléon, cet après-midi.

ni-pauvres-ni-soumis-003-320x2001Je suis allée soutenir leurs revendications et m’entretenir de la situation avec Madame Véronique Pozza, la porte parole du collectif vendéen.

Un an après la conférence nationale du handicap du 10 juin 2008 et ses effets d’annonce, on ne voit toujours rien venir. Des centaines de milliers de personnes en situation de handicap ou atteintes de maladies invalidantes, ne pouvant pas ou plus travailler, vivent toujours sous le seuil de pauvreté, précarisées par des mesures telles que les franchises médicales…et par la crise.

Madame Pozza me confiait qu’elle-même, en fauteuil roulant, avait atteint sa franchise médicale de 50 € non remboursable depuis le 12 février 2009 ! c’est la double, voire la triple peine pour les personnes handicapées : vivre avec son handicap, être exclu du monde du travail et…payer encore plus que les autres des frais médicaux, inhérents à leur maladie, incontournables.

ni-pauvres-ni-soumis-005-640x4801

L’essai en fauteuil, pas facile

j’ai moi-même été interpellée récemment par une personne handicapée qui est dans l’obligation de changer sa voiture automatique (ne pouvant pas conduire une voiture classique), mais qui ne peut bénéficier du bonus écologie car les voitures automatiques sont exclues du dispositif (elles polluent plus que les autres) !

Les personnes handicapées réclament un revenu à hauteur du SMIC, juste pour vivre décemment.

Auteur: Sylviane Bulteau

Députée Conseillère départementale de la Vendée

Laisser un commentaire