Format d'article

Les entrepreneurs vendéens débattent de la crise

L’ensemble des organisations vendéennes au service de l’entreprise organisait hier soir une réunion sur l’analyse de la situation économique et sur les solutions retenues pour atténuer les effets de la crise.

Le président de l’Observatoire Economique, Social et Territoriale de la Vendée (OESTV) est revenu sur le contexte, en mettant l’accent sur la genèse de la crise, venue de la croissance à crédit des américains avec son résultat, la crise de l’endettement. Un chiffre a retenu mon attention : le total de la dette publique et privée des Etats-Unis représente aujourd’hui 279 % du Pib, bien au-delà des autres pays développés.

Evidemment nous savons tous que les américains vivaient à crédit, au-delà de leurs moyens de remboursement, mais il y a une explication à cela. Le libéralisme d’outre-Atlantique a toujours préféré, avec ses profits, « engraisser » ses actionnaires plutôt qu’augmenter ses salariés. De fait, et grâce aux prêts hypothécaires (ceux que le candidat Sarkozy voulaient instaurer en France !) les salariés américains pouvaient emprunter lourdement pour se loger, s’équiper… le rêve américain a tourné au cauchemar. Mais rassurez vous, de cela, il n’a pas été question durant la soirée !

En France nous n’en sommes pas là, bien que la situation économique et sociale s’aggrave de jour en jour, et nous pouvons aujourd’hui être fiers de notre système de protection global des salariés, des familles: le SMIC, le Code du Travail, les 35 h, les délégués du personnel, les délégués syndicaux, l’encadrement du crédit, la protection contre le surendettement, la protection sociale, le droit à la formation …..la liste est longue mais il est bon de la rappeler.

manif-29-janvier-08-017-640×480.jpg

 Manifestation du 29 mars dernier à La Roche sur Yon. les salariés défendent leurs droits

 Aujourd’hui ceux qui ont rêvé de casser ce système à la française essaient de nous faire croire qu’ils sont devenus des combattants du système libéral et à travers de beaux baratins fustigent les vilains patrons bénéficiaires des stocks options, parachutes dorés et autres… mais ça ne prend pas et ce n’est pas avec un petit décret minable sur les stocks options que les choses changeront en profondeur.

Les chefs d’entreprise  présents hier soir ont essayé  de partager leurs solutions pour contrer cette crise ; beaucoup ont insisté sur la formation et la région a été plusieurs fois citée comme partenaire important de ces dispositifs.

J’ai eu l’occasion de rappeler que notre rôle en tant que collectivité locale ne se bornait pas à la formation mais aussi à l’accompagnement des entreprises afin de préserver l’outil de travail, donc de préserver l’emploi, ou encore à l’investissement massif public. La Région est un client important pour les entreprises locales.

Avec 566 millions de crédits de paiement, 2009 est à un niveau historique d’investissements pour le conseil régional : la construction et la rénovation de lycées, de centres de formation des apprentis (CFA), l’investissement dans le logement social, sans oublier le soutien aux projets des territoires à travers les Contrats de Territoires Uniques (CTU), tant décriés par la droite régionale à leur mise en place. Aujourd’hui, au plus fort de la crise, cette politique d’investissements prend tout son sens.

En sortant de cette soirée une réflexion me venait à l’esprit : toutes ces organisations patronales (Medef, CAPEB, UPA, CGPME, FDSEA….) sont capables de se réunir, de se mobiliser pour échanger ; pourquoi les organisations syndicales, les organismes de formation, associations de consommateurs, familiales…n’en feraient elles pas autant pour discuter de la crise, mais cette fois vue par les salariés, les demandeurs d’emploi ? A creuser…

Auteur: Sylviane Bulteau

Députée Conseillère départementale de la Vendée

Laisser un commentaire