Format d'article

Les temps sont durs, mais pas pour tout le monde!

Décidemment notre président de la République n’aime pas les pauvres et il le prouve tous les jours. Après s’être octroyé une large augmentation pour lui-même à l’Elysée, pour ses amis (bouclier fiscal), il a décidé de faire des économies sur le dos de ceux qui n’ont rien !

Trois solutions s’offraient à lui : 

– soit il diminuait les subventions aux associations qui luttent contre les difficultés sociales des gens comme pour le Planning Familial qui se voit menacer de – 42 % de subventions : il l’a fait
– soit il diminuait le nombre de postes de fonctionnaires qui suivent les familles en difficulté comme par exemple pour les RASED (Réseaux d’Aides Spécialisées aux Elèves en Difficulté : il l’a fait
– soit il supprimait définitivement des aides directes aux personnes comme avec la suppression des allocations de fin de formation aux chômeurs les plus éloignés de l’emploi : il l’a fait

Mais une quatrième voie s’est également ouverte à lui : la chasse directe aux individus qui n’ont vraiment plus rien ! C’est ce qui s’est passé récemment avec un compagnon d’Emmaüs en situation irrégulière.

Garde à vue, perquisition chez les Compagnons, lisez plutôt le tract d’Emmaüs ci-dessous.

Il nous manque un bon « coup de gueule » de l’Abbé Pierre, disparu il y a tout juste 2 ans pour faire cesser ces pratiques. Au fait il en pense quoi Martin Hirsh ?

 logo_emmaus.jpg                                  information

                                                                  Sans-papier

Intervention des forces de police
à la communauté Emmaüs de Marseille Pointe Rouge

L’interpellation le 16 février 2009 d’Hamid Belkir, un sans-papier accueilli par la communauté de Marseille Pointe-Rouge s’est transformée le 17 février 2009, en opération policière dans cette communauté.

Ainsi, sur décision du parquet de Marseille une perquisition a eu lieu dans la dite communauté Emmaüs aux fins de recenser la présence d’éventuels compagnons sans papiers. Dans le même cadre, Kamel Fassatoui, un responsable de la communauté, a été mis en garde à vue, puis libéré dans la soirée.

Emmaüs France proteste contre ce qui constitue une grave atteinte au principe de l’accueil inconditionnel qui pourtant avait été solennellement rappelé par le Président de la République dans son discours devant le Conseil Economique et Social le 17 octobre 2007.

Une telle perquisition est de nature à fragiliser gravement ces populations démunies.
De même qu’il est intolérable de rechercher des personnes sans papiers dans des hôpitaux, à proximité des écoles ou des crèches ou dans les centres d’hébergement, de même il est inacceptable que les communautés Emmaüs soient l’objet de recherches de ces populations.

S’attaquer aux communautés Emmaüs
c’est s’attaquer aux plus pauvres d’entre nous et nous ne l’accepterons pas !

Auteur: Sylviane Bulteau

Députée Conseillère départementale de la Vendée

Laisser un commentaire