Format d'article

Réforme Darcos : attention danger

Ce soir je suis allée soutenir les enseignants du Lycée Pierre Mendès-France qui occupent l’établissement afin de protester contre la réforme Darcos.

Une fois de plus ce ministre fait subir au service public de l’enseignement une véritable purge tant par la suppression de 13500 postes en 2009 (près de 93000 postes d’ici 2013) que par la réforme des matières elles mêmes.

C’est un peu complexe à comprendre pour les parents (dont je suis) et aussi pour les élus, mais il semble que la seconde comporterait trois grands ensembles :

– Des enseignements généraux de troncs communs sur une durée totale de 21 heures.
– Un enseignement d’exploration 2 fois 2 modules semestriels de 3 heures.
– Un accompagnement personnalisé de 3 heures hebdomadaires.

Conséquences de ces propositions, les 25,5 heures d’enseignements communs et de langue vivante 2 sont ramenées à 21 heures ; l’offre de modules entrainera un véritable « zapping » de ces disciplines, quant à l’accompagnement personnalisé personne ne sait très bien par qui il sera réalisé !

Certaines disciplines seront totalement marginalisées : sciences économiques et sociales, latin, grec, langues vivantes à « faible diffusion » (ex le chinois), arts plastiques, musiques, arts dramatiques, danse….

C’est le retour à l’école de « grand-papa », toutes les classes populaires qui peuvent aujourd’hui avoir accès à autre chose grâce à l’école publique se verront, une fois de plus, sacrifiées au nom des économies budgétaires.

Plus insidieux dans cette réforme, à mon avis, mettre fin à l’héritage de  mai68 qui a permis aux individus de s’émanciper grâce à une nouvelle liberté d’apprendre, de penser, de s’informer…on le voit également à travers la loi sur l’audiovisuel public qui veut assécher le service public et  favoriser la télé privée pour donner à Mr Bouygues « du temps de cerveau disponible pour Coca-Cola » !

bonnet-dane.jpg

Pour Monsieur Darcos c’est au coin et bonnet d’âne !

Auteur: Sylviane Bulteau

Députée Conseillère départementale de la Vendée

Laisser un commentaire