Format d'article

Au bord du précipice

La crise des marchés financiers occupe tous les esprits (et tous les médias) et c’est bien normal. Chacun pense à ses modestes économies, à ce chômage reparti spectaculairement à la hausse, au pouvoir d’achat, à la difficulté de se loger, de se déplacer à cause du prix de l’essence (même si plus personne n’en parle, le pétrole est toujours très cher tant pour remplir les réservoirs que les cuves à fuel) ….bref cette crise chaotique fait peur, d’autant plus qu’elle nous arrive tout droit du pays de l’oncle Sam, le rêve américain (si tant est qu’il ait existé) s’écroule.

C’est malheureusement une bonne leçon pour tous les adeptes du libéralisme Made in USA, je pense évidemment au locataire de l’Elysée.

La croissance américaine est financée depuis 25 ans par le crédit et notamment par les fameux crédits hypothécaires qui permettent à chaque citoyen (ou presque) d’accéder à la propriété immobilière… « Je veux une France de propriétaires » ça ne vous rappelle rien ? Aujourd’hui c’est la catastrophe, le peuple américain se retrouve à la rue, ne pouvant plus payer les remboursements de leurs maisons, la banque récupère le bien mais voilà cette opération répétée des millions de fois c’est la faillite de la banque ou de l’organisme de crédit, on connait la suite.

Alors  nous pouvons dire merci (si j’ose dire) à nos amis américains car grâce à eux « la France des propriétaires » l’a échappé belle. En effet le candidat Sarkozy déclarait en 2007 :

« Les ménages français sont aujourd’hui les moins endettés d’Europe. Or, une économie qui ne s’endette pas suffisamment, c’est une économie qui ne croit pas en l’avenir, qui doute de ses atouts, qui a peur du lendemain. C’est pour cette raison que je souhaite développer le crédit hypothécaire pour les ménages et que l’Étal intervienne pour garantir l’accès au crédit des personnes malades.

Je propose que ceux qui ont des rémunérations modestes puissent garantir leur emprunt par la valeur de leur logement.

Il faut réformer le crédit hypothécaire. Si le recours à l’hypothèque était plus facile, les banques se focaliseraient moins sur la capacité personnelle de remboursement de l’emprunteur et plus sur la valeur du bien hypothéqué. Ceci profiterait alors directement à tous ceux dont les revenus fluctuent, comme les intérimaires et de nombreux indépendants. »
Source(s)
Interview Revue Banque (avril 2007)

C’est exactement ce qui se passe aux Etats-Unis, on endette les salariés pour qu’ils consomment puis c’est la spirale infernale qui conduit tout droit dans le précipice. Les français viennent juste de s’arrêter au bord !

Marc Aurele “le sage au bord du précipice”

Auteur: Sylviane Bulteau

Députée Conseillère départementale de la Vendée

Laisser un commentaire