Format d'article

« L’espoir à gauche, fier(e)s d’être socialistes »

Le Conseil National du Parti Socialiste se tenait hier soir à Paris ; j’étais présente en tant que membre de cette instance, comme je le fais d’ailleurs régulièrement depuis 2003, date à laquelle j’ai été élue au « parlement » du Parti.

Depuis le début de la procédure du congrès de Reims j’ai pris le temps de la réflexion, ce qui ne m’a pas empêché de signer la contribution « Réussir ensemble le congrès » avec des élus de l’Ouest, dont Jacques Auxiette et Pierre Regnault. Ce texte qui mettait en avant les réussites de la gauche dans notre région plaidait également pour le rassemblement de ceux dont les idées convergent.

Force est de constater que ce rassemblement n’est pas possible, du moins pas pour le moment. Alors il faut choisir. Mon choix s’est fidèlement porté sur la motion de l’équipe qui travaille avec Ségolène Royal : « l’espoir à gauche, fièr(e)s d’être socialistes ».  J’ai milité en 2006 pour sa candidature à l’intérieur du PS, j’ai fait (avec beaucoup d’autres) sa campagne électorale et j’ai partagé la tristesse de tant de français le soir des résultats des élections présidentielles.

Aujourd’hui l’équipe qu’elle nous propose, les orientations qu’elle veut mettre en avant, pour la société française, pour le parti socialiste sont cohérentes avec ce que nous avions développé pendant la campagne de 2007.

Le Parti socialiste doit être ouvert sur la société et doit bâtir une société de révolution démocratique, sociale et écologique. A travers l’économie, la justice fiscale, le pouvoir d’achat, la recherche et l’innovation, l’état préventif, la société métissée il doit donner une chance aux français de croire encore en nos idées, en nos valeurs.

C’est un Parti socialiste moderne, ouvert, respectueux du vote des militants que nous voulons ; un parti fort et populaire où chacun pourrait adhérer plus facilement.

Enfin il faut aussi en finir avec le tabou des alliances. Pour gagner les élections présidentielles il est nécessaire de faire plus de 50 % et donc rassembler la gauche, se tourner vers l’extrême gauche  mais aussi accueillir sur nos projets tous les démocrates qui ne veulent pas de Nicolas Sarkozy.

Ne nous trompons pas d’adversaire : c’est le clan Sarkozyste. Ici en Vendée c’est le Villiérisme.  Notre devoir c’est bien l’unité pour faire front, pour lutter avec les français, pour être utile à notre pays et à notre département.

Pour lire la motion :  motionfiersdetresocialistes.pdf

Auteur: Sylviane Bulteau

Députée Conseillère départementale de la Vendée

Laisser un commentaire