Format d'article

L’école publique sacrifiée.

Ce matin j’ai accompagné mon fils pour sa rentrée de 6ème au collège. Toujours un peu d’appréhension pour les enfants comme pour les parents.

2003_0104rentreecollege0005.JPG 

 

Cette année encore (plus peut être même qu’auparavant), la rentrée s’annonce difficile avec la réforme du ministre Darcos qui, il faut le dire, a programmé la disparition de l’école de la république :  

• suppressions drastiques des postes : Après 11000 suppressions de postes en 2008, 13 500 sont programmées pour 2009 (avec un total de 60 000 postes supprimés en 6 ans). 

• suppression progressive de la carte scolaire créant inévitablement un phénomène de ghetto et d’inégalités entre les établissements 

• abandon des programmes du primaire établis en 2002 suite à une vaste concertation et un large consensus. 

• passage de 26 à 24 heures hebdomadaires pour le primaire sans aucune concertation. Sur 36 semaines annuelles d’enseignement, cela fait un total de 72 heures en moins, soit 3 semaines en moins par an et 15 semaines (presque la moitié d’une année scolaire !) sur la scolarité du primaire. 

• disparition programmée des IUFM (Institut Universitaire de Formation des Maîtres) et donc de la formation professionnelle des enseignants. 

Au-delà des difficultés engendrées par cette réforme, il y a les spécialités locales. L’enseignement public est délaissé par le conseil général (qui a la compétence au niveau des collèges), constructions, rénovations, investissements en moyens matériels et humains, transports scolaires,  tout cela n’est pas une priorité pour les tenants de l’école privée voir même de la privatisation totale !  

Comme élue locale je vais bien sur continuer à me battre pour plus de justice et d’accès à l’école publique, dans mon département comme dans mon pays. Bonne rentrée à tous.

Auteur: Sylviane Bulteau

Députée Conseillère départementale de la Vendée

Laisser un commentaire