Format d'article

Notre refus de l’intolérable

Ce matin un événement important a rassemblé élus, associations, militants, amis autour du parrainage républicain d’Hava et Marina Maskourov. Depuis le mois de février 2008 une forte mobilisation s’est opérée en faveur de cette famille tchétchène menacée d’expulsion.

Avec Martine Chantecaille, conseillère municipale de La Roche sur Yon nous avons souhaité nous engager dans ce combat, par convictions bien sur, mais également comme élues de gauche refusant la politique de traque et d’expulsions menée par le pouvoir en place. De plus, Hava et Marina sont scolarisées dans le même collège que nos propres enfants.

Le parrainage des enfants Maskourov était l’occasion de réaffirmer les valeurs de la République Française : Liberté, Egalité, Fraternité, de dire à Hava et Marina que nous, citoyens français, nous serons toujours là pour les protéger, les accompagner. Leur dire également qu’elles ont  le droit à la sécurité, au bonheur et à l’avenir comme n’importe quel enfant français.

L’émotion était au rendez-vous lors de la cérémonie pour les quatre parrains et  marraines :

parrainage-hava-et-marina3.jpg

– pour Hava : Sylviane BULTEAU (élue) et Aimé BOUJOT (RESF)
– pour Marina : Martine CHANTECAILLE (élue) et Bernard BULTEAU (RESF)

parrainage-hava-et-marina1.jpg

Avec Sylvie Chartier, ajointe à l’éducation, qui a effectué le parrainage républicain

L’histoire de la famille Maskourov est racontée sur le site de RESF www.educationsansfrontieres.org, la leur mais aussi celle d’un grand nombre de  familles menacées d’expulsions.

La dernière en date ayant eu lieu à Besançon, à 6 h du matin, 19 gendarmes ont embarqué un couple tchétchène et ses 5 enfants (de 3 à 12 ans), voici le récit de leur arrestation publié sur Libération.fr :

Mercredi 21 mai, jour des enfants, dès 6h moins le quart, les gendarmes sont en bas de l’immeuble. A 6 heures ils pénètrent, et en 40 minutes la famille est embarquée pratiquement sans bagages par 5 véhicules de gendarmerie, 19 gendarmes, et conduite à Dole (39), sans doute à l’aéroport de Tavaux.

8h 22: Laëla parvient à passer un coup de fil. La famille est à bord d’un avion sans doute privé, spécialement affrété, le tout aux frais des contribuables.
En fin de matinée, l’avion s’est posé en Pologne et la famille a été remise aux autorités polonaises…
Persécutions, acharnement, violence psychologique dévastatrice dans cette arrestation soigneusement préméditée, organisée et menée de bout en bout avec le maximum de secret. 19 gendarmes affectés à la réussite d’une opération de destruction, à l’arrachement de toute une famille à son quartier, à ses voisins solidaires et ses soutiens, qui jour après jour les ont aidés à retrouver un peu d’humanité. 5 chaises vides à l’école, et que répondra-t-on aux questions des copains de classe ?
La chasse aux familles bat son plein: négation du droit à la santé, violation du droits des enfants à une scolarité régulière et suivie, mépris du droit français et des procédures engagées. Ceux qui étaient là, accourus au petit matin, ne sont pas prêts d’oublier l’extrême dignité des parents, leurs mots de remerciements, les cris et le regard des enfants embarqués dans les véhicules des gendarmes.

A la lecture de ces mots ont ne peut s’empêcher de repenser aux heures les plus sombres de notre histoire.
 

Auteur: Sylviane Bulteau

Députée Conseillère départementale de la Vendée

Laisser un commentaire